Weekend en Auvergne

Weekend en Auvergne

C’est avec une vingtaine de membres d’un défunt forum (erreur 404 powaa) que j’ai passé le weekend du 8 mai à la découverte des volcans d’Auvergne. L’occasion de se retrouver tous ensemble avec les anciens, et de faire la connaissance des nouveaux, le tout dans la joie et la bonne  humeur.

Bien entendu, ça a été un moment privilégié pour prendre de nombreuses photos, à commencer sur le trajet. Lieu de rendez-vous fixé avec Stéphane et Jessica : Salelles du Bosc. Et c’est Sandrine qui va aimer cette photo. Private Joke Inside !!!

206cc-bosc

Un peu plus loin sur la route, le Viaduc de Millau qui se dessine. Une pause pipi/photo bien choisie au bord de cet ouvrage qui est à ce jour le plus haut pont du monde (vous excuserez la sur-exposition de la photo).

viaduc-millau

Le voyage se poursuit jusqu’à Ambert (d’où vient la fourme d’Ambert pour les connaisseurs en fromage), avec sur la fin, un passage sur une route invraisemblablement magnifique. Des courbes qui concurrencent les plus belles filles du coin, une verdure comme dans les pubs Volvic, un bitume légèrement humidifié par une pluie qui vient de se terminer, une brume parfois épaisse, et même des passages sur la neige (si si, c’est vrai !!!).
Et à peine arrivé au lieu de rendez-vous: le déluge. Timing nickel. Et en plus c’est l’apéro.

Samedi matin, le bon dieu a écouté nos louanges et fini la pluie. Il fait même beau. Parfait donc pour la ballade cheveux aux vents à destination d’un joli lac dont je n’ai pas retenu le nom, et la halte karting sur le chemin du retour, sans oublier la pause fromagère à Saint Nectaire. En effet, ce dernier parfume encore mon frigo.

auvergne

Dimanche, on prend les mêmes et on recommence. Beau temps et on roule en direction du plus grand parcours de tyroliennes de France. Presque 3 heures à marcher et passer d’une colline à une autre à l’aide de tyroliennes géantes, la plus longue faisant 500m de long avec un passage à 80m au dessus du vide. Un peu impressionné au début, puis on s’y fait très vite et on se prend au jeu.
A refaire si l’occasion se présente.

tyrolienne

Après ce grand saut, c’était hélas le moment pour la plupart d’entre nous de nous séparer. Ne restait qu’une poignée de survivors, à moins qu’il ne faille dire des vacanciers.

Lundi c’était direction le Puy de Dôme, histoire d’avoir gravi au moins un volcan dans ces quelques jours.
Et mardi, le retour à Montpellier et une arrivée dans la grisaille. Si j’avais su, j’y serai resté ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *