Présentation de l’Audi A3 Cabriolet

Présentation de l’Audi A3 Cabriolet

Hier matin j’arrive un peu plus tôt que d’habitude au boulot, et je trouve sur mon bureau une enveloppe logotée Audi avec un post-it d’un collègue qui me propose d’aller découvrir la nouvelle Audi A3 Cabriolet.
L’invitation est pour le soir même, à partir de 19h, et ca tombe bien, c’est à 100m du boulot. Il s’agit du Domaine de Verchant que je connais plus pour son vin que pour son hôtel de luxe.

Le temps de rentrer prendre une douche, me changer et d’attraper le D80, je reprend à peu de choses près le chemin du boulot, mais cette fois-ci c’est uniquement pour le plaisir des yeux.

Audi A3 Cabriolet

Première fois que je pénètre le Domaine. Tout au long de l’allée, des employés m’indiquent le parking, lequel laisse entrevoir qu’il s’agit d’une clientèle Audi. TT, A4, A6, … Je fais un tour de parking et me cale à côté d’une autre 206cc, histoire de faire la paire. L’appareil photo sous le bras, je file à pas de velours vers le patio dans lequel je découvre quasiment toute la gamme Audi, mais seulement d’une seule couleur: le noir.

Petit tour du propriétaire, j’aperçois les A3 bâchées à l’intérieur. Ca sera donc pour plus tard. En attendant, je me fais servir une coupe de champagne et j’attaque les premières photos, armé de petits fours et autres gourmandises. Ca se voit bien sur les photos, j’ai encore beaucoup à apprendre de mon D80, car la plupart des photos sont surexposées à l’arrière plan, faisant disparaitre le joli ciel bleu qui accompagnait si merveilleusement ces mécaniques allemandes.

C’est à 20h, que le débâchage a eu lieu, après un bref discours d’un responsable de la concession de Montpellier. Tout le monde s’agglutine autour des 2 voitures, l’une capotée, l’autre non. La ligne reprend bien les formes de l’A3, la finition digne d’une Audi, un coffre de taille somme toute raisonnable, d’autant plus que les places arrières, certes pas adaptées à des adultes pour des grands trajets, ne sont pas décoratives comme dans la 206cc. On y est à l’aise. Niveau motorisation, ca monte jusqu’à 200 poneys (2.0l essence), avec une consommation moyenne annoncée sous les 8l/100, ce qui me laisse presque rêveur. Le tout pour un prix grosso modo compris entre 35 000 et 45 000€ selon la motorisation, finition et options choisies. Donc pas nécessairement accessible à tout le monde. Pour ma part, si j’avais un tel budget pour une voiture, j’opterai pour des choix plus extrêmes en terme de sensations de conduite.

Après une dernière coupe de champagne, quelques petits fours, et une série de photos, je m’en vais en ayant le sentiment d’avoir passé un bon début de soirée. Seul regret : l’absence d’une Audi R8.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *